la boucherie-charcuterie

La raison a la nuque raide, si bien qu’on ne peut guère lui tordre le cou sans risque d’effet boomerang.

Un mot a un sens, parfois deux ou trois, rarement au-delà. Petit porte-monnaie de quatre sous, il autorise le commerce, c’est-à-dire l’évaluation, la mesure, l’échange.

Que chacun ne fiche que son billet, n’ait que billets à fourguer, et c’en est fini de l’échange, nul ne pouvant plus rendre la petite monnaie de sa pièce.

C’est donc du fait de la précise et modique valeur de chaque mot que tout échange est rendu possible. Si richesse il y a – d’utilité, de beauté, de sens – elle réside non dans le mot mais dans la phrase et le propos, autrement dit, comme gouttes d’eau filent un ruisseau, au bout d’un long et sinueux travail de déblaiement, d’orientation, d’assemblage… C’est l’art quel qu’il soit d’un métier.

La raison a la nuque raide, si bien qu’on ne peut guère lui tordre le cou sans risque d’effet boomerang.

Comment fait-on pour tordre le cou des mots ?

On dilate leur sémantique, on les gave, on les gonfle d’attributs qu’ils n’ont pas : il s’agit de rendre in fine la grenouille aussi grosse que le bœuf, simili égalité oblige. Ainsi de nos jours, et nos nuits, la poésie est partout et tout le monde est poète et artiste, au moins à ses heures.

On nous fera passer tôt ou tard un urinoir pour une œuvre d’art, et la manœuvre comme un suppositoire ; à moins que ça n’ait déjà été fait et que ceci depuis belle lunette explique cela.

On constatera quand même, à peine bizarrement, que personne ne songe à dire, écrire ou chanter que tout le monde est boucher-charcutier. On trouvera sans doute des auteurs de chansons spécialisés dans la terrine de mots, le pâté de vers et l’andouillette, mais… artistes ! Moyennant quoi, avec la meilleure intention de ne discriminer personne, effet boomerang, on place de facto le poète au-dessus du boucher et l’on déprécie implicitement face à celle d’un artiste toute autre activité, alors même que l’intitulé n’a que la modeste valeur d’un mot qui ne confère aucunement à lui seul la plus petite valeur ajoutée.

Cette dernière se forge éventuellement dans la pratique assidue et ici, pour chacun en son domaine, nulle discrimination ; le sot peut exceller.

La raison a la nuque raide.

Publicités

Commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s