poètes, vos partitions !

« De la musique avant toute chose », nous dit Verlaine.

Plus que de radios, de journaux, de médias, c’est souvent de musiques d’abord dont les chansons dites à texte manquent le plus cruellement pour se faire entendre.

En se proclamant chansons à texte, se supposent-t-elles à coup sûr et par principe chansons à mélodie, le texte seul requérant un supplément d’effort et d’exigence ?

Sans doute pas. Il est des mélodies aussi pauvres et navrantes que des textes de chansons dites de variété, et l’on ne voit guère de privilège à être unijambiste de la jambe droite ou gauche. La belle chanson marche sur ses deux pattes.

Charles Aznavour suggère que la musique est ce qui fait venir les gens, le texte ce qui les fait rester. De bon sens. Qu’on le veuille ou non, une chanson entre par l’oreille ; à défaut, elle risque de sortir par les yeux.

Ainsi passent sur les ondes et puis s’en vont des chansons de variété, quand celles dites à texte, elles, ne passent plus guère ; parce que les chansons ont mélodiquement besoin de faire venir les gens, leurs propos n’étant généralement pas d’une hauteur telle qu’ils puissent à eux seuls rassembler au-delà des cloches de leur chapelle.

Il est des tubes sans texte, aucun sans mélodie. La musique aussi s’écrit, et doit restituer celle des mots en se portant à leur hauteur. Le Léo Ferré populaire, grand-public, est celui de « Avec le temps » et  « C’est extra » comme est leur musique à la clé. La force d’un Brassens réside sans conteste dans la qualité également de ses compositions. La France de Ferrat doit autant à sa mélodie que le Brel d’Amsterdam. Et Nougaro revint avec Nougayork, et Souchon sut faire appel à Voulzy. Et de Béart le sens de la ritournelle.

On pourrait inversement énumérer nombre de plumes plombées, confinées derrière d’étroites grilles de trois accords. Ainsi s’avère pour un très grand nombre d’auditeurs la chanson à texte fréquemment ennuyeuse à l’écoute, son plus bel écrin – dans le meilleur des cas – étant alors d’un recueil la reliure et le papier.

Poètes, vos partitions !

Publicités

Commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s