astronaute

Des gens qui écrivent, il y en a beaucoup et c’est très bien.

Des gens qui écrivent très bien, forcément il y en a beaucoup moins.

Des gens qui écrivent magnifiquement bien, qui savent tourner leur vers autrement qu’autour de leur petit cœur en chamade ou petit poing en bataille, il y en a comme des astronautes sur la lune.

A quoi les reconnaît-on ? Sans doute à la tension, la tenue et l’éclat conséquent de leurs vers sans aspérité ni remplissage, la force de leurs images et de leurs formules, l’intelligence de leurs angles, la justesse de leurs mots et la maille serrée de leurs déclinaisons.

Emmanuel Riboli est de ceux-là.

L’homme ne chante ni ne compose si bien que nombre de ses bijoux dorment encore dans leur écrin au fond d’un tiroir. Quelques-uns plus rarement ont trouvé à leur hauteur quelques belles mélodies signées notamment Laurent Gatz.

Elle a coché d’une croix tout ce qu’il leur restait à rire / Les bavoirs chocolat tachés de sourire [La veuve coquelicot]

La puissance d’image et de concision de ce dernier vers est de celle que l’on rencontre une fois peut-être toutes les mille chansons.

Une deuxième alors !

C’est p’t’être qu’y a plus d’interphone / Qu’elle laisse la f’nêtre ouverte / Bien qu’elle n’attende personne / Huguette [La vieille du rez-de-chaussée]

Titi parisien à gouaille provençale d’un joueur de pétanque, les approches sont originales, l’humour ferraille au carreau, pointe au bouchon, toujours sur la terre battue des hommes.

Propriétaire à la grecque / Tu la sens mon hypothèque / Au verso / Me dit mon banquier sournois / Puisque chez vous c’est chez moi / A bientôt [Les lunettes roses]

Vous m’demandez si j’l’ai connu / On partageait nos décibels / J’étais jeunot, un peu perdu / J’attaquais ma première bretelle / Comme lui j’avais pris pour perpète / Au bagne à casser des cailloux / La liberté c’est dans la tête / Quant à Cayenne c’est n’importe où [Mémoire d’un marteau-piqueur]

Nostalgie Country / John Wayne, Steve Mc Queen, Jack Pallance / Dégainaient à ma connaissance / Moins vite que moi / Nostalgie Country / Promis j’offre une récompense / A qui retrouvr’a mon enfance / Au coin du bois [Nostalgie Country]

On s’arrêtera là. Ses joyaux d’écriture restent à découvrir, où l’on observera à l’occasion que la marque des plus grands est d’être joyeusement détachés d’un pur formalisme, fût-il orthographique.

Ces gens-là passent au » Living » / Toi tu passes pour un crétin / Cherche pas tu « no speaking » / Saint-Germain / Ces gens vont boire un « Drink » / Toi tu rinces dans tous les bars / Cherche pas t’as que le standing / Saint-Lazare [Au Flore]

Mais quel standing !

Publicités

Commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s