illusion

Dans un éditorial de La lettre de la Sacem, Claude Lemesle, grand auteur s’il en est, fait mention, sans en développer la notion, de « l’illusion du tous créateurs ».

Qu’est-ce donc qu’un créateur ?
Le carreleur, le pâtissier, le maçon, ne sont-ils pas des créateurs ? La plaidoirie d’un avocat, le geste réparateur du chirurgien, ne sont-ils pas des actes de création ? Le tourneur-fraiseur, le plombier, l’horticulteur, ne créent-ils pas ?

Une réflexion sur ces questions me semble devoir intégrer deux approches, qualitative et sémantique.

Qualitative : Il est clair qu’un mur pas droit, un ersatz de gâteau, un plaidoyer mal ficelé, un tuyau mal soudé, une chanson mal écrite… ne sont pas à proprement parler des créations. Pourquoi ? Parce qu’il est donné à tout le monde de faire n’importe quoi très mal. L’acte de créer suppose quand même une compétence, un savoir-faire, un minimum d’excellence.

Sémantique : Est-ce à dire que chacun est créateur dès lors qu’il exerce excellemment dans son domaine ?
C’est ici me semble-t-il que « l’illusion du tous créateurs » tend à opérer son tour de passe-passe. Une fois encore, on perd bien plus qu’on ne gagne à faire de certains mots des fourre-tout, à les gonfler de mille attributs qui les vident finalement de substance, de sens, d’information. Une fois de plus, le principe à la base est fait de bons sentiments. On ne veut pas discriminer, pas faire de différence (au nom d’une égale dignité mal comprise, mal fondée), et l’on décrète ainsi que tout le monde est créateur. Mais une fois qu’on a changé la sémantique, on n’a pas changé la réalité, qui revient toujours en boomerang. Tout le monde a son Bac, et après ?

Outre la qualité de l’œuvre ou de l’ouvrage, la création a à voir avec l’unicité. Le créateur est celui qui ne peut pas reproduire, qui redémarre toujours ex-nihilo, avec certes un savoir-faire acquis, mais également la contrainte de ne pas refaire à l’identique, surtout pas même, pas même en partie. Sinon, ce n’est plus de la création, mais de la reproduction, de la copie. L’inventeur seul est créateur, tout le monde ne l’est pas, et ce n’est pas bien grave. Tout le monde a d’autres atouts, qualités, talents.

Il demeure que le mot « créateur » n’est pas l’apanage exclusif des activités artistiques, même si dans tous les cas il relève finalement de l’art, l’art du métier. Celui d’un auteur ou d’un tourneur-fraiseur, créateur amoureux de pièces uniques.

Publicités

Commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s